Conclusion

Au cours de cette étude sur la récupération de l'eau de pluie, basée sur la problématique : "Peut-on vivre en totale autonomie avec l'eau de pluie ?", nous avons pu définir ce qu'on considère comme de l'eau potable en France, ainsi que les différentes caractéristiques de l'eau de pluie et le confort de vie avec cette eau. Nous avons remarqué que l'eau de pluie peut devenir potable avec la mise en place d'un système de filtration et de stockage adapté à nos attentes. De plus, utiliser ce système entraîne non seulement une réduction de la facture d'eau, mais aussi la suppression d'adoucisseur et une diminution de la quantité de savons et de poudre à lessiver.

Nous avons vu aussi que l'État français est favorable à la récupération de l'eau de pluie pour les usages extérieurs comme laver sa voiture ou arroser le jardin. Cependant, pour des usages sanitaires et alimentaires, l'État n'a pas encore pris de position car actuellement les organismes sanitaires déconseillent l'eau de pluie pour des usages intérieurs même si depuis plusieurs années certains pays utilisent l'eau de pluie pour tous les usages. Les DDASS retravaillent donc sur le sujet et commencent à accepter la mise en place de tels système en recommandant des équipements et en imposant une déclaration à leur service.

En suivant une démarche précise d'installation, avec un bon choix de cuve, une bonne capacité de récupération d'eau, la mise en place d'une filtration adaptée pour les usages alimentaires et sanitaires, l'entretien régulier de l'installation et en considérant deux paramètres importants qui sont la toiture et le lieu d'implantation de la cuve, il est possible de vivre en totale autonomie avec l'eau de pluie.

Dès qu'on a intégré cette idée simple, nous pouvons nous demander si le but principal de la récupération de l'eau de pluie n'est plus l'économie d'eau, mais l'augmentation du confort par l'usage d'une eau de haute qualité.